LE FONDS ÉDUCATION SANS DÉLAI ET SES PARTENAIRES LANCENT UN PROGRAMME D’EDUCATION PLURIANNUEL POUR ASSURER L’ACCES A L’EDUCATION A PLUS DE 800 000 ENFANTS TOUCHES PAR LES CRISES AU BURKINA FASO

Éducation sans délai fait un investissement initial de 11,1 millions de dollars américains pour déployer le programme triennal de 59 millions de dollars américains

14 janvier 2021, Ouagadougou, Burkina Faso – En collaboration avec le gouvernement du Burkina Faso, l’UNICEF et Enfants du Monde, Éducation sans délai (« Education Cannot Wait » en anglais ou « ECW » – le fonds mondial dédié à l’éducation dans les situations d’urgence et les crises prolongées – a lancé aujourd’hui un nouveau programme pluriannuel qui vise à assurer l’accès à l’éducation à plus de 800 000 enfants et adolescents dans les régions du pays touchées par la crise.

Le nouveau programme bénéficie d’un financement de démarrage de 11,1 millions de dollars sur trois ans de la part d’ECW, qui sera mise en œuvre par l’UNICEF (6,1 millions de dollars) et Enfants du Monde (5 millions de dollars) en collaboration avec les partenaires des Nations Unies et de la société civile. Il vise à mobiliser 48 millions de dollars supplémentaires auprès de donateurs publics et privés pour être entièrement financé. Les interventions du programme sont alignées avec la Stratégie nationale d’éducation en situation d’urgence du Burkina Faso et le Plan de réponse humanitaire du pays.

« Au Burkina Faso, le secteur de l’éducation subit les effets négatifs de la crise de la COVID-19 ainsi que de la crise sécuritaire actuelle. Cette dernière a entraîné la fermeture de plus de 2 300 écoles et le déplacement massif de plus d’un million de personnes, tandis que la pandémie de COVID-19 a provoqué la fermeture de toutes les écoles du pays pendant plusieurs mois. Je saisis donc cette occasion pour exprimer ma reconnaissance envers Éducation sans délai pour son appui indéfectible envers nos efforts pour soutenir l’éducation en situation d’urgence », a déclaré S.E. M. Stanislas Ouaro, Ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation du Burkina Faso.

S’exprimant lors du lancement à Ouagadougou, la directrice d’ECW, Yasmine Sherif, a salué le leadership du Gouvernement et des partenaires en éducation quant à la qualité du programme spécialement conçu pour relever les défis spécifiques auxquels les filles et les garçons touchés par la crise sont confrontés pour accéder à une éducation de qualité dans les communautés touchées par la violence et l’insécurité, les déplacements forcés, l’insécurité alimentaire et les catastrophes (épidémies, sécheresses, inondations) qui sévissent au pays.

« La crise au Burkina Faso et dans tout le Sahel central est parmi les crises qui se détériorent le plus rapidement dans le monde. Nous pouvons soit regarder et ne rien faire, soit agir maintenant en investissant dans les enfants et les adolescents pour leur donner les moyens de réaliser leur plein potentiel et de devenir des agents de changement positifs pour leurs communautés », a-t-elle déclaré. « Au fonds Éducation sans délai, nous croyons au véritable pouvoir transformateur d’une éducation de qualité. Avec le lancement de ce nouveau programme, nous appelons d’autres donateurs à se joindre à nous pour garantir qu’aucune fille ni aucun garçon ne soit laissé pour compte au Burkina Faso ».

Mme. Sherif a souligné l’approche holistique des interventions planifiées pour répondre à la gamme complète des besoins des enfants et des jeunes vulnérables, y compris le soutien en matière de santé mentale, psychosocial et nutritionnel, ainsi que l’accent mis sur l’éducation des filles et la promotion d’environnements d’apprentissage sûrs et protecteurs conformément à la Déclaration sur la sécurité dans les écoles. « Nous ne pouvons pas laisser des enfants se rendre à l’école sans savoir s’ils en sortiront vivants. La Déclaration sur la sécurité dans les écoles et le droit international doivent être respectés », a-t-elle déclaré.

Le financement pluriannuel d’ECW cible 60 pour cent de filles et se concentre sur les plus vulnérables, y compris les enfants déplacés et les enfants des communautés d’accueil, ainsi que les enfants handicapés. Le programme assure la continuité de l’éducation de la petite enfance (25 pour cent des enfants visés) au primaire (43 pour cent) et jusqu’au secondaire (33 pour cent).

Ces dernières années, la violence et l’insécurité ont contraint 1 000 000 de personnes à fuir leur domicile au Burkina Faso. En raison de l’insécurité croissante et des violentes attaques contre l’éducation, les enseignants et les élèves, les fermetures d’écoles ont doublé entre 2017 et 2019, perturbant l’éducation de plus de 400 000 enfants. La pandémie de COVID-19 en 2020 a exacerbé davantage les vulnérabilités aiguës des filles et des garçons déjà frappés par les crises.

À l’échelle nationale, un quart des filles et des garçons âgés de 6 à 11 ans ne sont pas scolarisés, et deux tiers de ceux-ci viennent de six des régions les plus à risque : Boucle de Mouhoun, Centre-Est, Centre-Nord, Est, Nord et Sahel. Le nouveau programme pluriannuel se concentre sur ces six régions, où le taux d’achèvement du primaire n’est que de 29 pour cent, soit moins de la moitié de ce qu’il est au niveau national, et où 56 pour cent des filles et des garçons, en particulier des adolescents, ne sont pas scolarisés. Le fait de ne pas être scolarisé expose ces filles, garçons et adolescents à de nombreux risques, notamment le recrutement dans des groupes armés, le mariage forcé et la grossesse précoce, et l’engagement dans des pratiques dangereuses de travail des enfants.

Nous sommes convaincus que ce partenariat améliorera l’accès à l’éducation des enfants vulnérables gravement touchés par la crise et préviendra la perte d’apprentissage, le risque d’abandon scolaire et l’exposition aux risques de travail des enfants et de mariage forcé », a déclaré Sandra Lattouf, Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso. « Nous savons que l’investissement dans l’éducation est essentiel pour donner aux filles et aux garçons la possibilité de réaliser leur plein potentiel et de devenir des citoyens actifs et productifs de l’avenir. Par conséquent, nous devons agir maintenant et accélérer nos actions pour protéger le financement de l’éducation, accélérer l’accès à des écoles sûres et réintégrer tous les enfants non scolarisés, en particulier les filles les plus marginalisées et les enfants handicapés ».

« Enfants du Monde est ravie d’avoir été sélectionnée comme l’un des bénéficiaires du prochain financement de l’ECW dans le cadre du programme pluriannuel de résilience. Elle s’engage à travailler avec les partenaires du consortium d’ONG nationales, du Ministère de l’Éducation à travers le Secrétariat Technique de l’Éducation en Situation d’Urgence et ses autres services techniques ainsi que le Cluster Éducation pour réaliser les objectifs définis dans le programme en appui à la Stratégie nationale d’éducation en situation d’urgence, » a déclaré Tougma Téné Sankara, Coordinateur Régional, Sahel, Enfants du Monde.

L’annonce du financement initial pluriannuel porte le total des investissements d’ECW au Burkina Faso à plus de 21 millions de dollars depuis la mi-2019. ECW a également annoncé de nouveaux investissements pour déployer des programmes de résilience pluriannuels similaires afin de répondre aux besoins éducatifs pressants dans les pays voisins du Mali et du Niger, qui sont également touchés par les crises qui sévissent au Sahel central.

Faits et chiffres clés:

  • Le budget total du programme pluriannuel de résilience 2021-2023 pour le Burkina Faso est de 59,1 millions USD. Avec une allocation généreuse de 11,1 millions de dollars de financement de démarrage du fonds Éducation sans délai, le programme vise à mobiliser 48 millions de dollars supplémentaires auprès de donateurs publics et privés pour être pleinement mis en œuvre.
  • Le programme pluriannuel de résilience cible 813 000 filles et garçons, y compris les adolescents, dans six régions prioritaires – Boucles de Mouhoun, Centre-Est, Centre-Nord, Est, Nord et Sahel.
  • Le financement de démarrage d’ECW ciblera directement 144 000 enfants (21% du total) dans trois des six régions prioritaires avec une vaste gamme d’interventions. Les bénéficiaires visés incluent les personnes exposées à des risques sanitaires élevés et / ou de sécurité, dont 87 000 (60%) sont des filles et des adolescentes et 14 000 (10%) sont des enfants et des adolescents handicapés. Par ailleurs, 9 000 filles et garçons supplémentaires, y compris des adolescents, bénéficieront de possibilités d’éducation non formelle.

EDUCATION CANNOT WAIT AND PARTNERS LAUNCH MULTI-YEAR EDUCATION PROGRAMME TO DELIVER EDUCATION TO OVER 800,000 CHILDREN AFFECTED BY CRISES IN BURKINA FASO

Together with the Government of Burkina Faso, UNICEF and Enfants du Monde, Education Cannot Wait (ECW) – the global fund dedicated to education in emergencies and protracted crises – launched today a new multi-year programme that aims to provide education to over 800,000 children and adolescents in crisis-affected regions of the country.

ECW invests initial US$11.1 million to roll out the 3-year US$59 million programme

14 January 2021, Ouagadougou, Burkina Faso – Together with the Government of Burkina Faso, UNICEF and Enfants du Monde, Education Cannot Wait (ECW) – the global fund dedicated to education in emergencies and protracted crises – launched today a new multi-year programme that aims to provide education to over 800,000 children and adolescents in crisis-affected regions of the country.

The new programme benefits from an initial three-year $11.1 million allocation in seed funding from ECW to be implemented by UNICEF ($6.1 million) and Enfants du Monde ($5 million) in collaboration with UN and civil society partners. It aims to mobilize an additional $48 million from public and private donors to be fully funded and reach all targeted children and youth. Programme interventions are aligned to Burkina Faso’s National Education in Emergencies Strategy and to the country’s Humanitarian Response Plan.

“In Burkina Faso, the education sector is suffering the negative effects of both the ongoing security and COVID-19 crises. The security crisis resulted in the closure of more than 2,300 schools and a massive displacement of more than one million people. The COVID-19 pandemic further resulted in the closure of all schools in Burkina Faso for several months. I therefore take this opportunity to express my gratitude to Education Cannot Wait for their unwavering support in our efforts to support education in emergencies,” said H.E. Mr. Stanislas Ouaro, Minister of National Education and Literacy for Burkina-Faso.

Speaking at the launch in Ouagadougou, ECW Director Yasmine Sherif commended the leadership of the Government and education partners in Burkina Faso in designing a programme addressing the specific challenges of crisis-affected girls and boys in accessing quality education in communities affected by the violence and insecurity, forced displacement, food insecurity and natural and man-made disasters (epidemics, drought, floods).

“The crisis in Burkina Faso and in the whole Central Sahel is among the fastest deteriorating in the world. We can either watch and do nothing, or we can actually act now by investing in children and adolescents to empower them to achieve their full potential and become positive change agents for their communities,” said Yasmine Sherif. “At Education Cannot Wait, we believe in the true transformative power of quality education. With the launch of this new programme, we appeal to additional donors to join us to ensure no girls and boys are left behind in Burkina Faso.”

Ms. Sherif stressed the holistic approach of the planned interventions to meet the full range of needs of vulnerable children and youth, including mental health, psychosocial and nutrition support, as well as the focus on girls’ education and the promotion of safe and protective learning environments in line with the Safe School Declaration. “We cannot have children going to school and not knowing if they will come out alive. The Safe School Declaration and International Law have to be respected,” said Sherif.

ECW’s multi-year funding targets 60 per cent girls, and focuses on the most vulnerable, including both forcibly displaced and host community children, as well as children with disabilities. The programme ensures continuity from early childhood education (25 per cent of the total children targeted), to primary (43 per cent) and secondary (33 per cent).

In recent years, violence and insecurity have forced 1,000,000 people to flee their homes in Burkina Faso. Due to growing insecurity and violent attacks against education, teachers and students, school closures doubled between 2017 and 2019, disrupting education for more than 400,000 children. The COVID-19 pandemic in 2020 further exacerbated the acute vulnerabilities of girls and boys already caught in crisis.

Nationwide, a quarter of girls and boys aged 6-11 are out of school, two-thirds of whom come from six of the highest risk regions: Boucle de Mouhoun, Centre-East, Centre-North, East, North and Sahel. The new multi-year programme focuses on these six regions, where the primary completion rate is just 29 per cent, or less than half of what it is at the national level; and where 56 per cent of girls and boys, particularly adolescents, are out of school. Being out of school exposes these girls, boys, and adolescents to a plethora of risks including recruitment into armed groups, forced marriage and pregnancy, and engagement in harmful child labour work practices.

“We are confident that this partnership will improve the access to education for vulnerable children severely impacted by the crisis and prevent learning loss, the risk of drop-out and exposure to risks of child labor and forced marriage” said Sandra Lattouf, UNICEF Representative in Burkina Faso. “We know that investing in education is critical to give girls and boys the opportunity to realize their full potential and to become active and productive citizens of the future. Therefore, we must act now, and accelerate our actions to protect education financing and to fast track the access to safe schools and reintegrate all children out-of-school, especially the most marginalized girls and children with disabilities”

“Enfants du Monde is pleased to have been selected as one of the grantees of ECW’s seed funding allocation to the Multi-Year Resilience Programme in Burkina Faso. We are committed to working with partners from the national NGO consortium, the Education Ministry through the Technical Secretariat for Education in Emergencies and its other technical services as well as with the Education Cluster to meet the programme objectives in support of the National Strategy for Education in Emergencies,” said Tougma Téné Sankara, Regional Coordinator Sahel,  Enfants du Monde.

The announcement of the multi-year seed funding brings the total of ECW investments in Burkina Faso to over $21 million since mid-2019. ECW has also announced new investments to roll out similar multi-year resilience programmes to respond to pressing education needs in the neighbouring countries of Mali and Niger, which are also affected by crises in the Central Sahel.

Key facts and figures:

  • The full cost of the 2021-2023 Multi-Year Resilience Programme for Burkina Faso is US$59.1 million. With a generous $11.1 million seed funding allocation from Education Cannot Wait, the programme aims to mobilize an additional $48 million from public and private donors to be fully implemented.
  • The Multi-Year Resilience Programme targets 813,000 girls and boys, including adolescents, in six priority regions – Boucles de Mouhoun, Centre-East, Centre-North, East, North and Sahel.
  • ECW’s seed funding will directly target 144,000 (21% of the total) learners in three of the six priority regions with a comprehensive package of interventions. This includes those exposed to major health and/or security challenges, of whom 87,000 (60%) are girls and adolescent girls and 14,000 (10%) are children and adolescents with disabilities. An additional 9,000 girls and boys, including adolescents, will benefit from non-formal education opportunities.